Archive for the ‘églises désaffectées’ Category

De moins en moins d’églises en danger (selon les alarmistes)

26/04/2016

 

EGLISES EN DANGER

Selon les alarmistes des années 70, entre 18 000 et 20 000 églises devaient disparaître du paysage avant la fin du 20e siècle. Les catastrophistes du 21e siècle n’en annoncent plus qu’entre 5 000 et 10 000. Une vraie déflation !

Saint-Savin (Lot-et-garonne) 4 (c) BS

Église ruinée, Saint-Savin (Lot-et-Garonne) (c) BS

Il y a deux ans, j’écrivais un article pour la revue Patrimoine et Cadre de vie consacrée à l’avenir des églises, en relevant ceci :

« Dans la presse on lit ou entend trop souvent qu’en France « d’ici à 20 ans, entre 5 et 10 000 édifices cultuels pourraient avoir disparu de l’horizon » (cf. Le Figaro du 31 janvier 2013). L’estimation repose sur l’hypothèse qu’il existerait près de 100 000 édifices religieux, soit en moyenne 2.5 par commune. L’estimation, reprise en boucle, a de quoi inquiéter. Mais pourquoi 5 % ? Pourquoi 10% ? Et sur quelle base appuyer ces pourcentages ? »

(suite…)

Vandalisme et désaffectation des églises en 1971

24/11/2014

 

Des recherches sur internet m’ont conduit à trouver presque par hasard le second numéro de la revue trimestrielle Monuments en péril, dirigée par Pierre de Lagarde. Au sommaire, un article d’Yvan Christ intitulé Le grand chambardement des églises de France. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité :

Monument en péril, N°2 Automne 1971

Monument en péril, N°2 Automne 1971

Lorsque à l’automne 1971, Yvan Christ publie dans le N°2 de la revue Monuments en péril un article intitulé Le grand chambardement des églises, il évoque principalement les remaniements que subissent alors de nombreux édifices cultuels au nom de la réforme liturgique initiée par le Concile Vatican II, et dénonce la dilapidation d’un patrimoine artistique, culturel et religieux de grande valeur.

L’intérêt de relire cet article aujourd’hui est double. Le premier est de nous rappeler un pan d’histoire méconnu qui a appauvri nos églises, enrichi les antiquaires et les brocanteurs et disséminé de très nombreuses pièces de notre patrimoine religieux dans des collections privées, quand elles n’ont pas été détournées de leur usage votif. Le second tient dans les annonces alarmantes concernant l’avenir de nos églises, abandon et désaffectation, dont on verra si elles ont été vérifiées ou pas depuis.

(suite…)

Barrès : « Je suis obsédé du péril des églises »

10/06/2014

NOTES DE LECTURE

Nous vous confions ces fioretti de Maurice Barrès puisés dans La grande pitié des églises de France (Plon 1914) 

<< « Je suis obsédé de ce péril des églises » p 9

<< «  Oui ! C’est la destinée de ces maisons de paix d’être le centre des tourbillons de bataille. Mais aujourd’hui leur situation est sans précédent. Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire de France, c’est légalement que nos églises courent le danger de mort. Leur garde est tombée aux mains de ceux qui les détestent, pour qu’ils en fassent leur bon plaisir » p 11

<< « Et dans cette situation voici la thèse gouvernementale qui prévaut en jurisprudence : les communes propriétaire peuvent entretenir les églises, mais n’y sont pas obligées : elles sont libres de ne faire aucune dépenses d’entretien. Si l’édifice est en trop mauvais état, elles n’ont qu’à le désaffecter, et s’il menace ruine, qu’à le démolir. » p 11

<< « Nos églises sont au premier rang de nos richesses de civilisation. Nous les avons reçues de nos aïeux, nous devons les transmettre à nos fils, nous n’avons pas à nous laisser étourdir par ceux qui les déclarent inutiles. » p 19

<< « n’allez pas me dire que vous sauvegardez les églises les plus précieuses. Qui donc peut juger leur prix, et la plus modeste n’est-elle pas infiniment précieuse sur place ? » p 20

(suite…)